L’information est souvent considérée comme un simple compte rendu de ce qui s’est passé. Mais, pour concrétiser l’information, tous les médias mettent en œuvre des stratégies pour que le traitement de celle-ci soit la plus attractive et compétitive possible tout en répondant aux lois du marché. Ainsi, chaque jour, une impressionnante quantité de sons, d’images et de mots est médiatisée. À partir de 18 heures, les stations de radios diffusent leurs journaux de la soirée. Autour de 20 heures, c’est aux chaines de télévisions (en continue) de prendre le relai. Quelques heures plus tard seulement, les premiers exemplaires des quotidiens sortent des rotatives. Le plus souvent, il ne faut qu’une journée pour que cette masse d’information parvienne à ses destinataires très clairement et très précisément, d’après l’AFP. Tous les jours, ce mécanisme se répète. Pour le public auquel elle est destinée, l’information paraît jaillir comme un élément naturel car elle paraît gratuite. Elle est en réalité le résultat d’un processus de fabrication long, complexe, payant mais en effet, vers une tendance de gratuité. Pour tenter de s’en faire une idée, il convient de se plonger au cœur du financement de nos médias. 

Les différents médias